> La Mache ~ Cortbawi

Ecole de la Mache (Lyon)

-

Institut Cortbawi (Jounieh)

Historique

Depuis la venue en 2004, dans notre établissement, de monseigneur Bechara, l’Ecole La Mache est jumelée avec L’Institut Cortbawi au Liban. Ces deux établissements comportent de nombreuses similitudes. Leurs fondateurs, le père Maurice La Mache et le père Antoine Cortbawi, sont deux prêtres passionnés du Christ et des jeunes. Leurs projets éducatifs concordent : donner aux jeunes l’amour du travail bien fait et du prochain, les armer d’un savoir-faire et d’un savoir-être. Dans ces deux établissements, des méthodes efficaces sont mises en place, aussi bien culturelles, pédagogiques qu’humaines et spirituelles.

Ecole de La Mache

Maurice Paul Marie La Mache est né en 1887 dans une famille pieuse et généreuse.

 

En 1910, il est ordonné prêtre par Monseigneur Déchelette.
En 1920, le Cardinal Maurin, archevêque de Lyon, confie au Père Maurice La Mache la mission de créer une école destinée à former des jeunes techniciens et cadres pour l’industrie et l’artisanat. 
Les locaux du cours Gambetta devenus trop petits, en 1936, la rentrée scolaire s’effectue dans les locaux neufs du 75 boulevard Jean XXIII. Le nombre d’élèves augmente rapidement.

L’école se transforme progressivement pour devenir ce qu’elle est actuellement : un grand établissement scindé en deux. D’une part, un lycée technologique qui va de la classe de 3ème aux classes de BTS et d’autre part, un centre de formation pour des étudiants en alternance de niveau bac + 2 à bac + 5. Au total, l’Ecole regroupe 900 élèves.

L’Ecole La Mache poursuit le projet éducatif de son fondateur. Pour le père La Mache, comme pour ses successeurs, la préparation des diplômes n’est pas la seule motivation. L’Etablissement veut développer chez les jeunes les qualités exigées par l’exercice d’un métier : la perfection technique et l’amour du travail bien fait, le sens des responsabilités, l’habitude du travail en équipe, la curiosité intellectuelle, l’écoute et le respect des idées des autres, l’ouverture aux autres.

Quatre sections existent dans l’établissement : 
les bacs STI génie mécanique, génie électrotechnique, structures métalliques, bois et agencement.

 

La formation humaine et chrétienne joue un rôle très important dans l’établissement. Elle a pour objectif de faire connaître le Christ, d’aimer et de mettre en pratique son message dans la vie quotidienne. Ainsi à la faveur de cette connaissance du Christ, les élèves s’ouvrent aux autres et au monde.

 

La Saint Eloï

Saint Eloi, honnête artisan orfèvre du VIe siècle qui devint ensuite évêque, n’est pas seulement le patron des métalliers, mais il est aussi celui de l’Ecole La Mache. C’est pour cette raison que tous les ans, le premier samedi de décembre, une grande fête est organisée dans l’établissement. Ce jour-là, le lycée ouvre les portes de ses ateliers au public. Les élèves des différentes sections (structures métalliques, mécanique, électrotechnique, agencement) s’activent alors comme pendant les journées scolaires. C’est pour eux l’occasion de présenter avec fierté leurs réalisations aux parents et aux visiteurs. Les activités para scolaires, comme la Pastorale, le jumelage avec le Liban, sont aussi présentes. 

L’Institut Cortbawi

En 1942, ému par les nombreux enfants démunis qu’il croise dans son quartier, le père Antoine Cortbawi, jeune enseignant, décide de les accueillir afin de les aider et de leur apprendre un métier. C’est ainsi que naît « l’œuvre des apprentis libanais ». Et très vite, son entreprise s’agrandit. En 1943, avec l’aide des Sœurs Notre Dame des Apôtres, le père Cortbawi entreprend la construction de locaux destinés à accueillir un foyer et des ateliers techniques.

 

En 1945, la Congrégation des Saints Cœurs prend la relève des Sœurs Notre Dame des Apôtres.

En 1953, le père Cortbawi répond même à une nouvelle urgence en créant le premier centre de traitement pour handicapés au Liban et un hôpital.

 

En 1976, la guerre dévaste tous les bâtiments de la cité Cortbawi. Mais déterminés, Monseigneur Cortbawi et la communauté religieuse reconstruisent de nouveaux locaux à Adma où l’Institution exerce désormais ses différentes missions.
Monseigneur Cortbawi meurt le 9 septembre 1979 laissant une œuvre humaine considérable dont les Sœurs des Saints Cœurs poursuivent la mission.

 

En 1981, en reconnaissance de son action dans les domaines médical, social et technique, l’Etat libanais accorde à l’Institution la qualité « d’utilité publique ».
Désormais, l’Institution mgrCortbawi comprend un institut de Formation technique, un hôpital de réhabilitation et un institut de physiothérapie, trois entités indépendantes mais qui se complètent harmonieusement.
Cet institut créé pour aider des jeunes en difficulté s’est rapidement développé pour accueillir des étudiants venus d’horizons différents.

 

Actuellement, L’Institut est dirigé par Sœur Marie Robert Nasr de la congrégation des Saints Cœurs. Cet établissement technique et scientifique va du BEP aux BTS et à la licence. Il propose un enseignement dans de nombreuses disciplines comme l’électricité, l’électronique, l’informatique, la mécanique, le secrétariat, la décoration, l’hôtellerie-retaurant, la gestion hôtellière, la vente, l’administration, le dessin d’architecture, la comptabilité, l’informatique, la gestion, les systèmes et réseaux, la topographie, le marketing…

Please reload